jeudi 11 décembre 2008

Versailles VS Blois


Ces deux villes, fortes d’un passé historique des plus riche, ne semblent au premier abord n’avoir aucune raison de rivaliser.

Bien sûr, si nous remontons il y a quelques siècles, Blois s’est vue progressivement délaissée par les Bourbons, alors que Versailles n’a eu de cesse d’accroître son prestige pour devenir le symbole des fastes de la monarchie française. Faut-il voir ici un élément d’explication à ce qui va suivre, j’en doute, mais ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange froid… ?

De la période contemporaine nous pourrions retenir que Blois est politiquement plutôt ancrée à gauche contrairement à Versailles, de longue tradition de droite, un antagonisme supplémentaire ? Bref, cela nous importe peu et n’est que pure spéculation douteuse !!!

Et pourtant, ce week-end du 6-7 décembre 2008, Versailles a inauguré son Salon du Livre d’Histoire : Histoire de Lire. Avec la volonté nette de se démarquer de l’éminent Salon des Rendez-vous de l’Histoire de Blois, tout en se créant une renommée.

Quel défi! Si j’ose dire... insurmontable et « insurmonté ».

J’exagère, ils ont bien réussi à se différencier. Effectivement aucune comparaison n’était possible.

Je m’y suis rendue samedi car j’ai ressenti, je crois, le besoin de m’immerger à nouveau dans le monde merveilleux des amoureux de l’Histoire. J’y allais, curieuse, après avoir lu dans Direct Matin (ah les joies du métro !) un article qui présentait ce nouveau salon, « destiné à un large public, aux adultes comme aux plus jeunes (…) » par opposition aux Journées de Blois, selon leurs dires plutôt réservées aux universitaires…

Admettons, mais quelle ne fut pas ma déception de voir un public encore moins mixte qu’à Blois… Public relativement âgé, avec quelques jeunes égarés dont je faisais partie. Une ambiance guindée, point de Libé des Historiens, mais le Figaro, partenaire de l’évènement, était offert ! (C’est de bonne guerre…)

Mais ma plus grande désillusion a été la conférence de Michel Winock, dans le cadre d’une animation « plume et comédie » où il venait présenter son œuvre sur Clémenceau. La parole fut accaparée par un acteur chargé de lire des passages et M.Winock, que j’ai senti un tantinet frustré voire irrité, ne put s’exprimer pleinement, dut abréger, au détriment de G.Clémenceau. Le comble, c’est qu’aucun débat ne put s’engager…

Alors si je reconnais la volonté de rendre vivante la conférence, l’organisation laissait à désirer.

Sans doute me trouvez-vous un peu dure, je l’avoue, je manque probablement d’objectivité, je prêche pour ma paroisse : ma région, ses manifestations que j’apprécie tant.

Un aspect positif tout de même, les ouvrages présentés bénéficiaient de la présence de leur auteur, ce qui est un plus !

Et puis, malgré tout, je salue l’initiative, car je ne peux que cautionner le désir de rendre abordable cette formidable discipline qu’est l’Histoire, et promouvoir ainsi le travail des historiens ! De plus, il ne s’agit là que de la première édition, de quoi leur accorder une grande indulgence, ils ne pourront que s'améliorer !

Même s’ils n'arriveront jamais à la cheville de Blois, qui a désormais récupéré ses lettres de noblesse, son prestige d’antan !

Vive le chauvinisme et la mauvaise foi !

Bien à vous.


4 commentaires:

Alain a dit…

Moui, faudrait-il encore que les architectes et constructeurs de Versailles aient réussi une boulette à la hauteur de la statue équestre de Louis XII.

Peut être est-ce pour ça que les bourbons ont souhaité s'éloigner, entre autres ;)

Alexandra a dit…

Bonsoir Alain,
Décidément, la pertinence est une de vos qualités indéniables! Parmi tant d'autres j'en suis certaine... [dont votre assiduité à mon blog qui en est une à mes yeux et qui me ravit! (sic)]
Vous pensez que les Bourbons se seraient offusqués de cette boulette? Ça tient debout! [à l'inverse de la statue ;-)]Il est possible qu'ils étaient susceptibles, mais reconnaissez qu'ils auraient pu à ce moment là la faire retirer et remplacer...
Néanmoins, aujourd'hui, qui mieux que Blois honore l'Histoire?
Bien à vous et merci de votre présence.
Alexandra

Adrien a dit…

En même temps, Versailles.... c'est un certain monde.

Aux RdV de l'Histoire à Blois, j'ai rencontré une versaillaise assez autaine, tu vois le genre ?

Alexandra a dit…

Oh oui, je vois très bien... très très bien!
Ravie de te lire ici! Merci