mardi 29 avril 2008

Luttons pour conserver notre système médical pour ne jamais subir ça!

Le système médical français connaît à l'heure actuelle quelques transformations, je crois cependant utile de rappeler qu'il reste à l'échelle européenne l'un des plus performants et qu'il est important à ce titre de le préserver.
A un moment où le système anglosaxon nous est présenté comme un modèle, vers lequel les réformes successives nous achemine je crois qu'il est nécessaire de prendre conscience de ce qu'il est vraiment. Alors bien sûr, certains d'entre vous diront qu'il s'agit peut-être d'un cas isolé (je les laisse assumer), néanmoins, le récit qui va suivre n'en est pas moins dramatique, et surtout inadmissible.
Marylène Lebigot a été victime d'une grave erreur médicale en Angleterre, qui a bien failli lui coûter la vie, sans un rapatriement d'urgence survenu grâce à l'intervention pressante de son époux Alain Lebigot auprès des services peu clairvoyants de l'organisme chargé de son assistance médicale, elle ne serait plus de ce monde.
Aujourd'hui, toujours convalescente (à cause d'une intervention chirurgicale pratiquée in extrémis sur le sol français par le Dr Chaaban et son équipe de St Malo), Alain Lebigot cherche à connaître la faute et la négligence dont Marylène a été victime.
Alain Lebigot rend aussi hommage à toute l'équipe des Urgences, aides-soignants, infirmières et
médecins du service de Chirgurgie Dominique Larrey de l'hôpital de Saint-Malo, la grande qualité d'écoute, des soins et d'investissement mérite le respect et la reconnaissance.
Voici en lien, l'explication de l'affaire dans son intégralité, expliqué par Alain Lebigot lui-même.
Attardez-vous dessus, le sujet est grave et peut-être serez-vous légitimement tentés de leur apporter votre soutien.
Lien vers le fichier format Pdf relatif au récit

Et article NR

Merci à vous pour votre compréhension, merci à vous pour votre implication. On ne peut rester indifférent à ce récit, à cette histoire.
Je profite de ce billet pour dire à Marylène Lebigot que je lui souhaite un prompt rétablissement et qu'elle obtienne gain de cause dans cette affaire.

Bien à vous.

Alexandra

Patience...

Je devrais être assez peu productive dans les semaines à venir, non pas par manque d'inspiration, loin de là, des ébauches de billets se multiplient d'ailleurs et envahissent la mémoire de mon PC... mais parce que je me concentre sur la rédaction de mon mémoire de master... L'actualité est riche et je bous intérieurement de ne pouvoir vous faire partager mes impressions. Mais rassurez-vous, je reste à l'affût de la moindre information croustillante ainsi qu'à votre disposition, je ne déserte pas ce blog, et si vous souhaitez me faire part d'une réflexion, ou de votre avis sur tel ou tel sujet, je suis à votre écoute.
Bien à vous,

Alexandra

mardi 22 avril 2008

Page de publicité...

Non, rassurez-vous je ne vais pas vous imposer la publicité pour la nouvelle lessive Bonux [d'ailleurs depuis celle où Maïté déclare qu'on devrait la passer tout entière dans la machine, qu'elle n'a pas d'écrit Bécasse sur le front (bien que pour avoir eu une idée pareil...), et que choisir bonux c'est une question de bon sens... il n'y en a pas eu à ma connaissance], je ne vais pas non plus essayer de vous vendre un crédit en chantant du Claude François, du Joe Dassin ou encore du Julio Iglesias , ni même vous proposer un contrat d'assurance...
Non non, rien de tout ça, ce blog est un peu à l'image des futures chaines du service public, sans publicité pour des produits de consommation, même si à mon grand regret, l'installation d'un compteur pour appréhender la fréquentation de ce blog, ouvre (à mon insu) quelques fenêtres indésirables [mais tant qu'il ne s'agit pas de publicités "olé-olé"... ;-)].

Je vous fait ici la promotion d'un festival tourangeau seulement âgé de 2 ans, et donc d'un rendez-vous culturel, à part, celui du film international de genre, le Festival Mauvais Genre qui se déroulera les 8 et 9 mai prochains au Petit Faucheux et le 10 salle Thélème (Fac des Tanneurs)
Pour plus d'informations je vous incite vivement à consulter leurs sites:


http://www.festivalmauvaisgenre.com/
http://www.myspace.com/festivalmauvaisgenre

En voici la bande annonce (que je trouve au passage, très bien faite):



Donc, pour tous les curieux et les amateurs de cinéma un peu barré, ouverts à la nouveauté, et un poil "anti-conformistes"... Je vous conseille d'aller y faire un tour!
PS: Certains films proposés sont assez violents voire gores (ce qui n'est pas forcément à mon goût...), néanmoins les courts métrages d'animation en compétition semblent softs, variés et distrayants!

Amitiés.

Alexandra

Compte-rendu or not compte-rendu?


Vous l’attendiez ? Et bien le voilà rédigé…
Je dois reconnaître que j’ai pris mon temps pour m’attaquer à ce compte-rendu du conseil municipal du lundi 14 avril… Je dois vous avouer aussi que les chiffres (à écouter et restituer) ne sont pas ma tasse de thé, alors bien sûr, quand l’ordre du jour du présent conseil avait été annoncé, j’ai fait grise mine, bien qu’il s’agisse d’un point capital et obligé… la tâche me semblait ardue.
Comment aborder la rédaction de ce compte-rendu ? Comment vais-je pouvoir « faire de l’esprit » sur un thème comme le budget ? Et toutes ces appréhensions avant même que les portes du conseil soient ouvertes, que le moindre mot n’ait été prononcé…
Je m’installe, j’observe comme à l’accoutumée, et ô surprise que vois-je ? Ou plutôt devrais-je dire qui ne vois-je pas ? Franck Aubert a disparu… enfin, démissionné.
Incroyable ! On assiste à une véritable « fuite des élus » dans le clan Luynes c’est vous… Forte heureusement, ce n’est pas encore une espèce en voie d’extinction, ils ont des ressources, mais à ce rythme là, dans six ans… Bref, nous accueillons de fait une nouvelle venue au sein de ce conseil, il s’agit de Mme Sophia Noel-Hocquet. B.Ritouret se charge des présentations.
Avant d’évoquer le budget, il faut dresser la liste des 32 membres susceptibles de composer la commission communale des impôts, liste qui sera proposée au Préfet qui n’en retiendra en finalité que 16. Il faut des élus, des propriétaires fonciers, des Luynois bien évidement, mais pas seulement, et être âgé d’au moins 25 ans !
Nous voilà transporté, le temps du choix, à la Criée, les produits de la mer et les odeurs en moins (très poétique non ?). B.Ritouret interpelle les personnes présentes, mais peu nombreux sont les volontaires… Je ne sais pas si avec un petit appât on capture de gros poissons mais personne ne semble s’imaginer comme un poisson dans l’eau dans cette commission, et le maire ne le noie pas (le poisson) lorsqu’il sous-entend que ce n’est pas la mer à boire ! On m’a même pressentie dans ce rôle, mais ma jeunesse a eu raison de cette proposition…. Après cette parenthèse amusante, certaines situations ont en effet été cocasses, l’atmosphère n’est que plus détendue, ce qui est de bonne augure pour entrer dans le vif du sujet… le Budget ! (Suspense…)
Mais juste avant, on nous annonce les membres qui composent désormais le tant attendu CCAS, il s’agit, en plus de Monsieur le Maire, de G. Malzoppi, M. Dupont, S. Noel-Hocquet et M. Bourdin.
Ensuite il nous est expliqué que l’inspecteur académique a pris soin, dans un courrier adressé à la mairie, de mettre en évidence la nécessité d’ouvrir une nouvelle classe maternelle (dans l’établissement Suzanne Herbinière Lebert) si l’effectif, actuellement de 114 enfants en classes maternelles, devait passer à 130 à la rentrée prochaine, le cas échéant, un poste d’ATSEM devra être créé. S. Dejouhannet, après une visite, a constaté qu’un local serait éventuellement à disposition, mais les conditions élémentaires d’accueil ne semblent guère réunies (WC, etc.) ce que ne manque pas de signalé F. Roguet. Il est également question dans ce courrier de scinder l’école Camus-Pasteur, soit de revenir à l’ancienne configuration, celle de mon enfance, à savoir un directeur pour chaque établissement …
Françoise Roguet en profite pour aborder le problème de l’accueil périscolaire, thème qui lui est cher, néanmoins malgré le besoin impérieux de l’améliorer, aucune décision ne sera prise dans l’immédiat, mais cela se fera, un jour…
Ce débat est clos et c’est au tour des taux communaux d’être mis sur la table (toujours en U), comme promis, ceux-ci sont maintenus au même niveau (Taxe d’habitation : 18,69 %, etc.).
Il est temps à présent de vous exposer le budget (et non pas de l’exploser) !
Une fois n’est pas coutume, Gilles Ferrand, passé maître dans l’art du Powerpoint, nous propose une présentation simplifiée du budget sur ce support.
Afin d’éviter tout zapping de votre part sur un blog « concurrent » (loi de l’audimat oblige, et oui même les blogs), mais surtout de possibles pamoisons devant un tel étalage de chiffres et de sommes astronomiques, je vous épargnerai les détails…
Le budget fonctionnement, équilibré, s’élève à 5 777 846, 95 €. La Cuisine Centrale et les charges de personnels occupent une grande part des dépenses, côté recettes, l’excédent budgétaire de l’année passée vient se greffer, enfin les impôts et les taxes constituent un apport important comme les dotations de l’Etat et des collectivités…
Le Budget investissement est quant à lui équilibré à hauteur de 2 811 350, 00 € environ.
L’IME, la gendarmerie, les réparations en tout genre (étanchéité des bâtiments, joints de carrelage de la piscine, etc.), le remboursement de la dette, représentent les principales dépenses…
Un emprunt de 200 000 € a été décidé, il vise à financer les travaux effectués au niveau de l’IME, dont les locaux sont la propriété de la commune.
Le budget présenté, les questions peuvent être posées… Marc Dubois, de l’équipe Luynes c’est vous, s’interroge sur le devenir de l’Artésium, puisqu’il n’a pas été mentionné. A cette question, le maire répond tout naturellement que ce n’est pas au programme, volonté clairement énoncée par la majorité lors de sa campagne, et qu’une révision de ce projet se fera dans le cadre du conseil communautaire de Tour(s) Plus, dès que ce dernier, nouvellement composé sera en mesure de s’y attarder…
A autre question, autre « trublion », c’est Vincent Perrin qui s’y colle, en bon géomètre expert il sonde la majorité sur la voirie afin de savoir si un plan d’aménagement et d’accessibilité sera mis en place. Face à un connaisseur, mieux vaut être prudent dans sa réponse, il nous est donc expliqué que dans l’immédiat, ce qui est primordial c’est de « parer au plus urgent » et que les choix se feront dans une « logique sécuritaire » (boucher les nids de poule, changer certaines bouches d’écoulement des eaux, etc.), et qu’une commission spécifique à l’accessibilité devrait prochainement voir le jour. La voirie, autre grand thème de la campagne, souvent mis en avant dans les programmes et lors des réunions (tant par les candidats que par les habitants d’ailleurs) ne devra pas être négligée…

Le conseil touche à sa fin, et B.Ritouret nous indique, que nous recevrons prochainement dans nos boîtes aux lettres un tract-questionnaire émanant de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, il s’agit d’une consultation publique ayant pour objectif de bâtir ensemble la meilleure stratégie de reconquête de la qualité de l’eau comme cela est exprimé sur le site prenons-soin-de-l'eau.fr.
En dernier lieu, B.Ritouret expose que pour la première fois, Luynes recevra à l’occasion du 8 mai un détachement militaire de Cinq-Mars-la-Pile et que la cérémonie se déroulera à partir de 11H30.

Un autre rendez-vous nous attend en ce joli mois de Mai, le prochain conseil, même heure, même lieu, le mercredi 14 !

Bien à vous !

vendredi 18 avril 2008

Promenade champêtre…

Une si belle journée printanière comme il nous a été donné de contempler hier se doit d’être appréciée à sa juste valeur. Ce genre de journée, tant attendue, qui procure en chacun de nous, bien-être et gaieté et nous permet de nous sentir revigoré !
Alors que je suis à ma fenêtre, un agréable tableau s’offre à ma vue.
Le bleu du ciel, si rare ces derniers temps, m’émerveille, quelques cumulus s’y déploient gracieusement et semblent vouloir composer un ballet placide, éloge à la sérénité du moment. Le doux soleil vient caresser mon visage de ses rayons cléments tandis qu’un vent léger charrie pollens et pétales libérés par les arbres en fleurs aux couleurs délicates. Les graines semées, le magnolia grandiflora abandonne ses fruits qui bientôt feront place à de magnifiques fleurs blanches et parfumées, poiriers et cerisiers ont revêtu leur plus belle parure florale, ces derniers apparaissent si paisibles, loin du tumulte des assauts répétés qui les attendent, perpétrés par des hordes de merles, insatiables devant leurs fruits si délectables.
Si le muguet se fait encore discret, les pissenlits, les pâquerettes et les boutons d’or ont envahis le jardin, les tulipes quant à elles, sur leur longue tige, hautes en couleur, paraissent régner, le temps d’une journée, sur toute cette flore sauvage telle la reine de ce bal printanier.

Une odeur plaisante vient me titiller les narines, vous savez cette odeur propre à chaque saison, parfois si difficile à décrire, il y a une touche de fraîcheur dans celle-ci, une note d’herbe tout juste coupée, distillée par la douce chaleur de cette journée. Les oiseaux s’en donnent à cœur joie, eux aussi ne restent pas insensibles devant ce fabuleux spectacle et entonnent les airs les plus célèbres de leur répertoire, la mésange bleue entame une sonate en zinzinule, suivi du concerto pour moineaux en si majeur que la symphonie « merlesque » est très vite venue supplanter.
La nature qui se dévoile, émoustille tous mes sens…
Je ferme les yeux, prends une grande inspiration, je ne peux résister à l’envie soudaine d’aller gambader dans les alentours...
Armée de mon appareil photo, me voilà en marche, 5 min plus tard je me trouve sur les chemins caillouteux que j’ai tant arpentés dans ma plus tendre enfance. Je vais tout naturellement observer le château, j’escalade le muret, avec moins d’agilité qu’il y a quelques temps, sans doute est-ce dû à sa détérioration, je n’ose imaginer que ma condition physique se dégrade…
Mes amies les ronces, à qui je n’avais pas rendu visite depuis belle lurette me harponnent, en guise d’accolade pour sceller nos retrouvailles j’imagine. Je finis par me stabiliser ce qui me permet ainsi de photographier l’édifice.

Cette vue est moins typique (mais tout de même connue), on y voit la chapelle, le pont-levis et on devine le logis en brique datant du XVe siècle.
Je poursuis mon chemin, lorsque la luminosité d’un sentier ombragé attire mon attention, les branches et le feuillage filtrent les rayons de l’astre majestueux qui subjugue cette journée, comme pour inviter le promeneur à se détourner un instant de l’intense lumière qui l’éblouit de toute part.
Je reprends ma balade champêtre, plus guillerette que jamais et admire la nature qui se présente à moi. Oh ? Un rassemblement de Coucous, vous savez cette variété de primevères sauvages, à la tige vert pâle et aux petites clochettes jaunes odoriférantes, à mon retour j’en cueillerai un bouquet, comme j’avais coutume de le faire avec ma grand-mère lors de nos longues escapades les jours où elle venait nous garder mon frère et moi. Je l’agrémenterai de quelques fleurs des champs trouvées au hasard de ma promenade telle que des Véroniques, etc.


[En n’oubliant pas, bien entendu, de me laver les mains en rentrant, car « on se sait jamais si ce que l’on a touché n’est pas « poison » !!! », « Oui mamie ! C’est promis ! »]
Je sillonne les chemins, découvre une « parcellette » en friche où de très jolies bruyères se sont installées, formant un mini maquis à Luynes, et oui, notre commune a ses spécificités !!!

Je continue ma petite vadrouille et je vais à la rencontre de la faune très représentative de notre région. Le Baudet du Val de Luynes, cet animal courtois mais néanmoins quémandeur de touffes d’herbes bien vertes, est un moyen de locomotion encore très utilisé ici. La gentillesse qui transparaît de son regard, m’incite à accéder à sa requête.

Les Lamas luynois nous sont d’une grande commodité pour nos cultures en altitude (Quand je vous dis que Luynes a ses originalités... son relief très varié en est une)


La traversée des champs de colza (Luynes premier fournisseur en carburant écologique de François Bayrou en 2007) m’amène à la dernière étape de ce circuit, l’aqueduc romain, autre fierté locale après le château…

C’est donc ragaillardie que je suis rentrée dans mon logis, la tête pleine de belles images et de jolies pensées et où une autre surprise m'attendait... Je réussis, en effet, à approcher une femelle Tigrissonne, cette espèce fut domestiquée très tôt par les habitants, elle a cependant conservé son caractère insaisissable lorsqu'elle évolue dans son milieu naturel... le jardin!

Hep, pssst… Puisqu’on est entre nous, qu’on se le dise, vous n’avez vu ici qu’une infime partie de la beauté des paysages luynois. Ma commune est riche en belles demeures de caractère au passé historique exaltant et recèle moult autres coins idylliques…

mardi 15 avril 2008

Piqûre de rappel...

A la fin de ce bref article (si si ça m'arrive) vous trouverez un lien, il vous envoie directement sur un document datant de 1988, créé en l'honneur du 50e anniversaire de l'adoption de la déclaration des Droits de l'Homme par les États membres de l'ONU (le 10 décembre 1948).
Il est un peu long (20 min) mais expose les 30 articles de la présente déclaration sur fond d'animations artistiques... Par les temps qui courent ça ne fait pas de mal!

PS: La bande son et la voix off peuvent rappeler nos bons vieux documentaires de SVT, mais ça n'en est pas moins intéressant!

Voilà le lien dailymotion: cliquer ici

dimanche 13 avril 2008

7 avril 2008 : 3e conseil de la nouvelle mandature …

Chères lectrices, chers lecteurs, mes chers compatriotes de la blogosphère !

Voilà bientôt une semaine que ce troisième conseil municipal a eu lieu…
Actuellement très accaparées par diverses activités, je n’ai, jusqu’à maintenant, pas été en mesure de rédiger de compte-rendu sur ce dernier conseil. Pardonnez-moi, mais après tout ne dit-on pas tout vient à point à qui sait attendre ?
A tous les fans de mes envolées scripturales, me revoilà !
Je compte cependant vous épargner la litanie de tous les chiffres énoncés durant ce conseil…
Vous les présenter « dans leur intégralité » relève, à mon avis, du travail de la nouvelle municipalité, afin que leurs concitoyens et électeurs soient au fait de l’actualité communale, n’est ce pas d’ailleurs l’une des vocations du site internet de la commune ?
Néanmoins, force est de constater que celui-ci n’est guère alimenté ces derniers temps… alors que tout avait pourtant démarré sur les chapeaux de roues, mais que se passe-t-il ?
Je me sens donc investie de cette mission, parfois périlleuse (je ne me fais pas que des amis vous l’aurez tous remarqué), mais somme toute importante à mes yeux. J’aurais bien volontiers inséré le lien du compte-rendu officiel si cela avait été possible. Je m’interroge… Mon blog deviendrait-il le substitut du site de la mairie en matière de rapports sur les conseils municipaux ? Idée intéressante mais non moins saugrenue vous en conviendrez…

Ce nouveau conseil a une fois de plus rassemblé un nombre non négligeable de Luynois et Luynoises, ce qui m’amène à penser : « il n’y a pas à rechigner, Luynes est bel et bien devenue le bastion de la démocratie dans notre région, l’intérêt porté par ses habitants quant à l’administration de la cité fait figure d’exception !» (Point de chauvinisme dans cette pensée, où allez vous chercher ça ?)
Il y a une grande originalité dans le déroulement de ce nouveau conseil… Le secrétariat est confié à S. Dejouhannet… Ah ? Non, autant pour moi, elle était déjà préposée au secrétariat la fois dernière… Ah oui, voilà, j’y suis !
La grande nouveauté est sans aucun doute les interventions de l’opposition, menées par l’équipe Vivre à Luynes.
En effet, alors que B. Ritouret s’apprête à débuter la séance, une voix s’élève, celle de R. Dubois, il souhaite éclaircir un point (noir ?) sur le poste budgétaire relatif au personnel de la commune, élus compris. Il tient à mettre en évidence, contrairement à ce qui avait été sous-entendu au précédent conseil, l’augmentation de ce dernier à hauteur de 43 %, passant de 81 000 € environ en 2007 à plus de 115 000 € en 2008.
Stupéfaction dans les rangs adverses… qui impose une réponse improvisée : mais heu … « nous ne dépassons pas le maximum autorisé » d’abord ! (Je caricature, seuls les mots entre guillemets sont à retenir, vous l’aurez compris) ! Néanmoins, ce n’était en rien l’observation et les calculs de R.Dubois… d’entrée de jeu l’ambiance se veut un tantinet tendue !
Le ton est donné et voilà que le premier point est abordé : le vote concernant la délégation de fonction principale au Maire, c'est-à-dire, les pleins pouvoirs décisionnels à ce dernier dans des domaines bien précis. Sur 22 points autorisés, ce dernier s’en octroie 11, dont entre autre la négociation d’emprunts ; les marchés publics (préparation, passation, règlement, exécution de ces derniers) dont le plafond est de 6000€ ; l’aliénation de biens mobiliers jusqu’à 4600€, etc.
Vient ensuite le bilan de la situation des marchés publics au 31/12/2008, il y est question notamment des travaux effectués sur l’école pasteur et au niveau de la gendarmerie, …
Ensuite, le conseil s’attarde sur les tarifs des séjours d’été proposés par le Centre de Loisirs.
L’espace d’un moment, le conseil s’est transformé en une véritable société de tour-opérateurs, vendant un séjour à St Hilaire de Riez pour la somme de 115 €, proposant ensuite un séjour en Moyenne Montagne pour 95 €, un autre en Haute-Vienne pour 130 €, une initiation au kart pour 90€ et enfin 3 journées vélo pour 40 €… sachant que l’inscription de 33 € au Centre de Loisirs est à déduire du prix, si j’ai bien compris. Commercial dans l’âme (et adepte des sports aquatiques), B. Ritouret nous précise que les lacs de Haute-Vienne sont vraiment magnifiques… La mise en avant de la beauté des paysages ne vient cependant pas ternir l’effet de l’annonce de la non attribution avant le séjour, exceptionnellement cette année, d’aides au financement de ces séjours pour les ménages les plus « nécessiteux » par le CCAS. Ce qui veut dire que ces familles se verront dans l’obligation d’avancer l’argent, ce qui pour certaines peut se révéler problématique… C’est le genre de détails qui n’a pas échappé à Françoise Roguet et Régis Dubois entre autre ! La municipalité n’a guère apprécié la réflexion et une maladresse s’est échappée de la bouche de la majorité : on ne va pas instauré le « tout-gratuit », sinon « il y aurait trop de demandes et nous ne pourrions les satisfaire »… Ouïe ouïe ouïe ! La boulette !
Les perches se tendent pour l’opposition et elle ne se fait pas prier pour les attraper : « Vous ne souhaitez pas faire un sélection par l’argent ??? » s’exclame-t-elle !
Levée de bouclier chez la majorité : « NON ! Il n’est pas question de ça, et vous le savez ».
Pfiou… Jeu, set et match !
Heureusement, la réunion va prendre une tournure plus sereine avec la présentation des comptes administratifs de 2007, l’heure du bilan a sonné !
Attention, on nous a offert ce soir là une présentation mémorable, à la pointe de la technologie, l’innovation au service de la municipalité et de ses concitoyens !!! Une présentation POWERPOINT ! Gilles Ferrand en est le promoteur, je salue au passage son initiative qui a permis de rendre plus accessible le suivi de son exposé, ce qui n’est pas chose aisée quand il est question de chiffres, beau travail !
Pour résumer, je vous épargne les savants calculs de rééquilibrage entre l’excédent du budget fonctionnement qui vient compenser le déficit du budget investissement , le bilan 2007 du maire sortant O. Rafin est positif , il reste au final 613 589,37 €. Personne ne peut contredire sa bonne gestion, et Marc Dubois ne se prive pas de le faire remarquer. Cela ne signifie-t-il pas qu’en qualité de bon gestionnaire, son projet d’Artésium n’était peut-être pas si aberrant que certains ont voulu le faire croire ? Tout du moins il n’était probablement pas plus risqué que celui de la piscine… non ? (Je suis irréductible…)
Je squeeze le détail du budget (entretien, service public, associations, loyers…).
Ce qui nous amène directement à la situation du remboursement de la dette. Elle arrive a échéance, il reste 740 000 € à rembourser jusqu’en 2009, sachant que le montant du remboursement s’élève à 400 000 €/an.
Le retour du recours à l’emprunt est donc proclamé !
Les priorités de la municipalité nous sont ensuite énoncées, remise en état de la voirie, travaux de restauration des bâtiments (mairie, équipements sportifs…), etc.

Si nos édifices prennent l’eau nous ne tarderons pas à savoir si les projets eux, ne vont pas tomber à l’eau… En effet, ce jeudi s’est déroulée l’élection des délégués de Tour(s)Plus !
La commune de Fondettes nous présente la nouvelle équipe ici et pour l’instant aucun changement n’est à signaler sur le site de l’intercommunalité Tour(s)Plus, je vous l’accorde, il est encore un peu tôt…

Le conseil touche à sa fin, et B. Ritouret nous rappelle que la semaine passée a été éprouvante, la commune a en effet perdu 3 personnalités locales, à commencer par Jean Vrillon, excellent charcutier retraité (et généreux donateur de salières en forme de cochon qui ont fait le bonheur de l’enfant que fut B. Ritouret), Jacques Dumont, qui durant 30 ans fut adjoint aux finances et premier adjoint de M. Pagès, et enfin le duc Jean de Luynes.
C’est sur ces pensées que le conseil s’acheva.

Prochain rendez-vous lundi 14 avril, pour le vote du budget 2008, venez nombreux !


samedi 5 avril 2008

Incivilité routière... "Qué za quo"?

A travers ce billet, je compte aborder un sujet qui concerne chaque jour des millions d'usagers de la route... le fléau de l'incivilité routière!
Il est significatif de nos sociétés, parasitées par la montée de l'individualisme et le stress!
Je m'interroge sur le processus qui amène l'individu "lambda" à devenir le conducteur irascible et mesquin que l'on côtoie fréquemment sur la route? A quel moment s'opère cette terrible mutation qui le transforme en redoutable Conductor? Quand l'homme ouvre sa portière? Lorsqu'il pénètre dans sa voiture? Ou alors à l'instant où il s'installe au volant?
Il est évident ici que bien que j'utilise le terme "d'homme", je l'entends au sens d'être humain (pas de sexisme entre nous...), car contrairement aux idées reçues, l'homme et la femme ne valent pas mieux l'un que l'autre dans cette situation, même si leurs réactions sont parfois différentes...
Intéressons nous à la définition du conducteur. Tout le monde s'accorde à dire qu'il s'agit d'une personne qui conduit un véhicule. Néanmoins, si vous n'êtes pas dépourvu de sens de l'observation, vous avez très certainement remarqué, que bien plus que le simple fait de conduire, ce spécimen peut à l'occasion développer des comportements étranges, les traits les plus obscurs de sa personnalité semblent exacerbés...
Je me demande quelquefois si le véhicule n'exerce pas une emprise diabolique sur son passager. Ce dernier serait comme possédé par l'esprit de l'habitacle, l'emprise étant proportionnelle à la taille de l'engin... Les conducteurs de voitures de petite taille (type Diane, 4L, twingo...) évitent généralement toute confrontation avec les chauffeurs de véhicules à gabarit plus intimidant (type 4x4, grosse berline...).

Nous rencontrons plus communément deux espèces de conducteurs:
Tout d'abord, le conducteur qui dès qu'il s'empare d'un volant devient d'une mollesse incroyable, il apparait comme désorienté, ses sens fonctionnent au ralenti. Vous voyez de qui je parle? Celui qui ne réagit pas lorsque le feu passe au vert, qui ne voit jamais la petite flèche orange clignotante qui l'autorise pourtant à tourner à droite, celui qui n'entend pas les coups de klaxon qui lui sont destinés et fait abstraction des appels de phares de la file de voitures impatientes qui le suit. Qui n'a jamais eu affaire à ce type bien particulier de conducteur, parfois assimilé au conducteur du dimanche ou aux personnes âgées, mais que nenni, ça n'est pas toujours le cas!!!
Il peut arriver que ce conducteur peu vigoureux se retrouve devant vous, et devinez quand? Bingo! Quand vous êtes pressés... Le pire dans ce cas de figure, c'est qu'il se déroule à un endroit où vous êtes dans l'incapacité de doubler et tenez-vous bien parce qu'il a fait du forcing à un stop ou dans un rond-point... C'est à dire, que le seul moment où il va faire preuve de vivacité, c'est pour vous em...bêter! Tout du moins c'est le genre de pensées (amères) qui peut nous traverser l'esprit...
La seconde espèce est celle du conducteur agressif, nerveux, grossier, là encore vous n'avez pas pu passer à côté, il est imparable, c'est celui qui perçoit la route comme un circuit de courses automobiles où il serait le seul à concourir. Vous savez, celui qui fait fi des distances de sécurité et des limitations de vitesse. Le "malchanceux" qui se retrouvent parfois, horreur et damnation, derrière le conducteur mou. L'ostrogoth qui s'exclame que s'il n'y avait que lui il n'y aurait plus de radars et si l'on explore le fond de sa pensée, personne à part lui ne mériterait l'obtention du permis. Le malotru qui joue du klaxon de façon intempestive, ou comme un enfant de 9 mois qui viendrait de découvrir que s'il presse la patte avant droite de son nounours il fait de la musique, c'est à dire à tout bout de champ. Celui qui prend son volant pour un punching-ball car le feu est passé rouge à son arrivée ou encore parce qu'il est coincé dans les embouteillages.
La route lui appartient, sur une double voie, s'il choisit celle de droite il y reste, excepté pour dépasser, non sans un signe ou un regard désobligeant envers le doublé d'ailleurs. S'il est tout seul et qu'une voie d'insertion se présente à sa droite avec dessus un véhicule, il se cantonne sur sa voie et oblige ainsi le véhicule sur le point de s'engager à freiner et ainsi perturber la fluidité du trafic. Jamais la courtoisie de se décaler sur la voie de gauche ne lui viendrait à l'esprit (si tant est qu'il en ait... de l'esprit). Alors qu'à l'inverse, lorsqu'il doit s'insérer, le conducteur agressif, trop orgueilleux pour ralentir voire s'arrêter, entame une lutte acharnée avec le véhicule prioritaire. Il n'hésite pas à accélérer et à faire une queue de poisson à celui qu'il considère désormais comme son adversaire, contraignant ce dernier à piler...
Ah et j'allais oublier, il nie l'utilité du clignotant, le rendant encore plus imprévisible!!!
Tout petit déjà il avait des prédispositions pour ce genre d'attitudes, son jeu préféré? Le mille bornes! Sa stratégie? Astreindre ses camarades de jeu à l'immobilité en les assaillant de cartes crevaison, panne d'essence, accident, et autre feu rouge...
Roooh, ne me dites pas que vous ne vous êtes jamais retrouvés face à se genre d'énergumène, je ne vous croirai pas, ou alors vous ne conduisez pas.

L'âge peut constituer un facteur aggravant dans le comportement d'un conducteur. Si les plus anciens se font la plus part du temps discrets, sortent peu, s'avouant vaincus par les nouvelles générations qui les terrorisent sur un terrain qui autrefois fut pourtant le leur, la route, certains jeunes eux cherchent à s'affirmer! Pour cela, un moyen simple, se faire remarquer!!!
N'avez-vous jamais sursauté au passage d'un V.R.N.I? (Je vous entends d'ici: "Un quoi?" dites-vous les yeux écarquillés) Un véhicule roulant non identifié... qui au premier abord semble tout droit sorti d'un film de science fiction à petit budget, aux couleurs étranges, parsemé de lumières (façon Rencontre du troisième type en miniature...) et émettant un son inaudible que certains osent appeler "musique"? Et bien, c'est une jeune en quête de reconnaissance...
Prenez le temps de contempler le "microcosme routier", on y voit parfois des choses surprenantes mais aussi amusantes, comme le conducteur solitaire qui parle tout seul, à moins qu'il ne s'adresse à un ami imaginaire, copilote de fortune... ou encore le guilleret chantant à tue-tête sans se douter un instant qu'il puisse être observé!

Si certains des comportements décrits dans ce billet sont navrants, ils n'en sont pas moins réels...
Fort heureusement, ils ne sont pas systématiques et je crois que plus nombreuses sont les victimes que ceux qui les perpétuent, toutefois ce n'est guère rassurant!
Et quand je vois que nous en sommes rendus à organiser une Journée Nationale de la Courtoisie au Volant ... J'ai quelques doutes sur la santé morale de notre société! D'autant que l'incivilité ne s'extériorise pas que sur la route, elle se manifeste dans la rue, dans les écoles, dans le sport, etc. RÉAGISSONS !

mercredi 2 avril 2008

Petit moment de détente... Nos chats dans tout leurs états!

video