mardi 4 mars 2008

Ode à Luynes...

Je suis très attachée à ma commune, comme vous avez sûrement pu le constater, j'y suis tout de même née (mon AOC est en cours de validation...). Néanmoins, je pense que l'implication d'une personne pour sa commune ne dépend aucunement de son ancienneté dans celle-ci...
Bref, j'ai pu, à ce titre et malgré mon jeune âge, observer de nombreuses transformations.

Alors, pour vous lecteurs et lectrices, inspirée par Luynes et par ce mode d'expression qu'est la poésie, je vous propose ceci...


Les champs qui entouraient mon logis
sont devenus lotissements
Les haies, les murs
ont remplacé les blés
Mais rassurée je suis
lorsqu'en quelques coups de pédales
la nature s'offre à moi telle la mer à l'étale
intacte, immobile, sereine...jolie!
ô touristes, qui viendraient par hasard lire ces quelques lignes, venez découvrir les mille et un plaisirs
que Luynes saura vous offrir
Le temps d'une balade
dans notre petite bourgade
à la vue de l'aqueduc et de ses arcades
vos cœurs battront la chamade
contemplez château et paysages pour que vos esprits s'évadent
Après cette escapade
Vous ne pourrez vous sentir maussade.


C'est ainsi que je ponctue cette petite envolée lyrique, témoignage non moins étrange de mon affection pour Luynes, et quelque peu inhabituel en ce qui me concerne.
Rassurez-vous, je ne compte pas user de cet art littéraire qui ne m'est pas très familier vous l'aurez remarqué. Sauf encouragements de votre part, au quel cas, je m'efforcerai de jouer de la rime de temps à autre... Aaah que ne ferais-je pas pour satisfaire mes lecteurs... (si je réfléchis bien, il y a pas mal de choses que je m'abstiendrai de faire enfin de compte, notamment tout ce qui irait à l'encontre de mes principes...)
Je finirai cependant par une mise en garde.
Afin que la commune conserve son charme, et par conséquent que ce "poème" ne devienne désuet, les futures municipalités devront veiller à ce que l'urbanisation soit contrôlée (oh? ça rime...)

Bien amicalement.

7 commentaires:

Christophe Marion a dit…

Chère Alexandra,
Je n'avais jamais osé aller jusqu'au poème pour déclamer mon amour de Vendôme... Vous venez de me lancer un véritable défi !

Alexandra a dit…

Défi relevé?
Je suis certaine que vous manierez avec maestria la langue de Baudelaire... Je suis impatiente de découvrir votre futur chef d'œuvre.

Alexandra a dit…

Pardon, j'aurais dû plutôt faire allusion à Rutebeuf ou à Guillaume de Machaut... pour inspirer le trouvère qui sommeille en vous.

Christophe Marion a dit…

Sans oublier Bernard de Ventadour ! J'hésite à me lancer : la poésie ne m'a jamais réussi si vous voulez tout savoir.

Alexandra a dit…

"La poésie, c'est comme le radium ; pour en obtenir un gramme, il faut des années d'effort."
Vladimir Vladimirovitch Maïakovski (Poète russe mais pas bolchevique)
Mon poème en est la preuve, il ressemble à celui d'un élève de primaire... et ne suscite d'ailleurs, guère de commentaires (à ce propos merci beaucoup pour les vôtres). Néanmoins sa rédaction a été amusante (je me contente de peu).

Christophe Marion a dit…

Ne vous inquiétez pas : il m'a fallu de nombreux mois avant de fidéliser quelques lecteurs. Votre tour viendra ! Et puis, je suis certain que vous avez déjà des fidèles, trop timides pour laisser un mot. Mais ce sont aussi pour les silencieux que nous écrivons.
Gardez courage.

Alexandra a dit…

Oui c'est vrai. Merci pour vos encouragements!