jeudi 8 mai 2008

Cérémonie du 8 mai

Je dois tout d’abord vous avouer que ce fut aujourd’hui, la première fois que j’assistais à la cérémonie du 8 mai. Je n’ai rien contre le devoir de mémoire, j’éprouve un profond respect pour les hommes et les femmes qui se sont battus pour libérer la France et l’Europe du joug nazi et je trouve logique que nous leur rendions hommage.
Mais je ne suis pas une grande fan des commémorations en elles-même. Le discours y est souvent simplifié, tout y est un peu hiératique, les textes officiels, le défilé… et c’est l’émotion qui en pâtit, malgré la présence d’anciens combattants.
Les Luynois se sont rassemblés en nombre place de la mairie, devant le monument au mort. Ils côtoient les « officiels » de la cérémonie, pompiers, gendarmes, militaires, élus, sans oublier les musiciens de la fanfare…


Les discours sont prononcés, je remarque, non sans une certaine déception, que malgré sa proximité,le maire a perdu un peu de sa verve, devenue légendaire, qui l’a caractérisé tout au long de sa campagne. Peut-être faut-il mettre cela sur le compte de la chaleur harassante… Il faut dire que nos élus ont pour l’occasion revêtu leurs plus belles tenues, mais le complet a parfois ses inconvénients surtout lorsque le soleil a décidé d’être généreux. Mais à Luynes, la classe, naturelle je dirais, prime !



Chaque allocution se trouvait ponctuée par un « Garde à vous ! Repos » qui dans la bouche du soldat, ressemblait phonétiquement plutôt à cela : « Gaaaaaaarde à Vous ! Reupôôô… », cela se voulait solennel, et bien moi, au risque d’offusquer quelques personnes, j’ai trouvé cela amusant…
Chaque école avait ses représentants (enfants, directeurs), le maire, attentionné, a tenu à les remercier, mais j’ai été quelque peu surprise lorsqu’il a commencé par l’école privée, désignée en ces termes : « école religieuse », reléguant au second plan les écoles publiques, ce qui dans la bouche d’un premier magistrat de la République (Laïque, non ?) m’a un peu gênée.
La cérémonie s’est terminée par un verre de l’amitié dans la salle des fêtes… bondée.
L’appel du verre ? Lié à la chaleur ? Non, solidarité citoyenne et conscience patriotique évidente !

Bien à vous !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Chere Alexandra,
Tu vois il y a une premiere fois à tout; moi je suis allée sur la cote
normande faire decouvrir à mes enfants le travail fantastique réalisé à Arromanche par les allies pour nous defendre et nous permettre de feter librement aujourd'hui tous nos ancetres qui se sont battus pour notre liberté.
Je reviens sur ta reflexion de la priorité ou plus tot de la preference fait par Mr Le Maire de citer la présence des écoles en commencant par l'école Ste Genevieve lors de cette commemoration. Pourquoi l'école publique doit elle toujours étre citée en premier; enfin une premiere.

Je ne comprend pas pourquoi au nom de la sacro saint sépartion de l'église et de l'état nos enfants doivent toujours passer apres le publique, ce qui est le cas depuis toujours.
Les enfants de l'ecole Sainte Genevieve ont droit à toutes les activitées et services de la commune mais toujours aprés l'ecole publique;
lors du carnaval, l'ecole privée entre dans le défilé apres les enfants de l'ecole publique mais j'ai vu plus méchant de la part de l'ecole publique ; il y a quelques années lors du carnaval , nous voulions une union de tous les enfants, notre directeur avez demandé aux enseignants de l'école Camus de passer par la cour de l'école Ste genevieve pour rejoindre la rue de la Fauvette puis la place l'Alma lieu de rassemblement, et bien les instituteurs sont passés sans nous voir dans la cour, pas un bonjour , pas une reconnaissance,en attendant leurs passages, les enfants etaient assis et regardaient un spectable de jonglerie et lorsque nous les avons vu arriver nous avons fait lever nos enfants , mais par leurs deguisements encombrants certains avaient du mal à se relever et bien les enfants du" public " les ont contournés alors que la politesse aurait voulu qu'ils attendent que tous les enfants soient debout et peut etre que des bonjours soient échangés. la politesse n'est pas reservé qu'au privé
Mais cette incivilité a également existée lors des foulées de Luynes ou une année l'école Ste Genevieve a remporte la coupe de la meilleure participation et où les enfants ont été sifflé par les enfants du publque, je ne parle pas des bousculades et des croches-pied au point qu'il y a deux ans la participation aux foulées n'a plus été obligatoire
Alors j'aimerai tellement que les enfants de Luynes soient tous égaux quelque soit le mode d'enseignements que nous parents nous choisissons pour nos enfants.
Et il faudrait expliquer à nos enfants pourquoi les copains de l'école publique sont prioritaireà eux.
Pourtant nos enfants du prive coutent moins cher à la commune que les enfants du publiques; quand va s'arreter cette guerre publique /privé se sont des enfants avant tout qui sont venus commemorés nos parents, grands parents qui ont donné leurs vie pour notre LIBERTE .
Si l'etat laique veut une réelle separation de l'etat et de l'eglise il faudrait retirer toutes les fetes religieuses chomées et payées .
Bref et ton memoire où en est -il malgre le beau temps.
A tres bientot
Maryvonne

Alexandra a dit…

Bonsoir Maryvonne,
J'ai effectué il y a quelques années de cela (dans ma lointaine jeunesse...) un voyage sur les traces du débarquement, les plages, le mémorial de Caen, etc. Ce fut très enrichissant. J'espère qu'il en a été de même pour vous et que vos enfants ont apprécié!
A votre question pourquoi l'école publique doit-elle toujours être citées en premier? Je répondrai juste qu'elle représente à mes yeux la République, elle en est un symbole, de la notion d'égalité en autre, sans distinction religieuse, ou financière... Et je trouve que bien souvent son enseignement est mal considéré par les défenseurs du privé (et j'aurais tant à dire là-dessus!)
Mais rassurez-vous, je n'ai rien contre l'école privée et ses enfants, cela relève d'un choix personnel et éducatif que je respecte entièrement. Un enfant est un enfant et ils sont tous égaux.
Et bien sûr, ce que vous me décrivez (carnaval, foulées de Luynes) me dérange, le respect, la politesse, ne sont effectivement pas réservés au privé! Et peut-être que les mentalités doivent évoluer... La tolérance envers l'autre, envers les différences.
Mais je me souviens que dans mon enfance, la rivalité des écoles existait déjà et notamment entre l'école Camus (où j'ai fait ma scolarité primaire) et l'école Pasteur (donc sans lien entre Public et Privé). L'entrée en sixième était parfois tendue mais très vite le conflit disparaissait, entre élèves d'horizon divers (écoles publiques, et privées).
Après je crois que tout ceci est plus complexe, l'école privée coûte moins cher certes, mais j'ai envie de vous dire que c'est normal. Mais elle coûte quand même. L'état de certaines écoles publiques est lamentable, des travaux sont nécessaires et l'argent manque actuellement. Les nouvelles réformes tendent à favoriser le secteur privé ou à pénaliser le public (chacun son point de vue) et je m'inquiète de cette dérive de la laïcité...
Le débat est vaste et je sais que les avis sont multiples.
Pour ce qui est des fêtes religieuses fériées, vous n'avez pas tort. Mais dans un état laïque tolérant des autres religions nous pourrions tout aussi imaginer un jour férié pour les musulmans, un pour les juifs... reconnus par l'Etat. Bon là, je m'éloigne du sujet.
Tout ça pour dire que je respecte les convictions de chacun mais que l'école privée désignée dans les termes "d'école religieuse" (la théologie n'y est quand même pas la matière principale? "Ecole libre" à la limite comme autrefois...)me gêne et je continue de croire qu'au nom de la laïcité l'école publique doit être cité en premier.
Je vous remercie Maryvonne, vous ouvrez peut-être ici un débat, vaste et complexe mais très intéressant, et ce blog retrouverait alors sa vocation initiale!
Merci pour votre fidélité et vos interventions constructives!
Bien à vous!

PS: Mon mémoire avance, merci, même si ce temps ne favorise pas la concentration!

Alexandra.