dimanche 7 septembre 2008

Je revis...


Je suis rentrée hier soir de Paris, plus exactement de Meudon-la-Forêt où je logeais, chez mon frère.

J’avoue que l’impatience de revenir en Touraine, après ces jours éprouvants à arpenter Paris et ces arrondissements, était immense.

Je me suis bien gardée de ramener le stress qui m’a animée toute cette semaine, seule la fatigue m’a suivie, qu’une bonne et longue nuit de sommeil a en partie évincé !

Mes seuls regrets restent encore l’incertitude qui plane autour de mon logement, malgré un dossier constitué, et d’avoir laissé à sa triste condition le Héron de Meudon.

Derrière chez mon frère, un petit bassin aménagé accueille un héron cendré qui règne en maître sur la faune locale, soit sur les canards et les pigeons (c’est la région parisienne…).

Il trône au sommet de la hiérarchie, mais semble n’en retirer aucune gloire, les autres volatiles paraissent lui vouer un grand respect, s’inclinent lorsque celui-ci déploie ses ailes et cessent toute chamaillerie lorsque ce dernier « élève la voix ». Je me suis plu à l’observer, tantôt prostré, paisible, tantôt voler et effleurer les immeubles et la fenêtre de l’appartement. Il s’agit bien là d’un héron urbain, son plumage souffre à première vue de la pollution, et lui de la solitude, je n’y connais certes pas grand-chose en matière de héron, je devrais d’ailleurs m’informer auprès de mon ami Guillaume, grand passionné d’ornithologie, mais ce héron là m’avait tout l’air bien moins épanoui que ceux de nos bords de Loire, c’est évident…

Ne riez pas (enfin si, vous pouvez…) mais je crois que l’espace de ces quelques jours je me suis identifiée à lui… (J’exagère un peu, en fait, l’idée d’être comparé à un Ardeidae ne m’enchante guère…). Bref, je me disais, que comme moi, il serait bien plus heureux en Touraine.

Et me voilà de retour, et croyez-moi ou non, qu’est ce qu’on est bien ici, et ce petit pincement au cœur lorsque le panneau « Indre-et-Loire » s’est présenté à ma vue, sur le bord de la route… aaaah… quel soulagement.

A peine arrivée, et mes affaires déposées, j’ai ressenti le besoin d’aller du côté de la place Plumereau, boire un verre en agréable compagnie amicale, parler, écouter et aussi raconter mes déboires parisiens… Je crois qu’il m’est indispensable de m’imprégner de tous ces éléments qui me sont pourtant familiers, mais que je ne verrai bientôt plus autant que je le désirerais. J’ai néanmoins conscience qu’à Paris, je vais découvrir moult lieux de vie fort sympathiques, mais l’ambiance de la place Plumereau, quelle que soit l’heure, quelle que soit la saison, à cette faculté à me réjouir.

Il faut dire que j’y ai partagé tellement de bons instants… De doux et intenses moments, tels que de chaleureux cafés (un en particulier), en charmante compagnie, à échanger de délicieuses et enrichissantes conversations (dont certaines me manquent), des regards, des sourires, des silences aussi parfois, que jamais je n’oublierai. Egalement des moments plus festifs, des anniversaires, des évènements à arroser (et ils sont nombreux…), mais c’est bien souvent l’occasion de papoter autour d’un verre entre ami(e)s, de refaire le monde, décompresser, se confier…

Tours, c’est des moments magiques mais aussi des lieux, des bars, des habitudes, longtemps j’ai fréquenté les frères Berthom, le cadre, la musique et l’ambiance me plaisait, puis il y a eu le Juanita Banana, dont l’univers invite au voyage, où j’appréciais déguster une bonne pina colada accompagnée de quelques sucreries achetées en face la Civette, aujourd’hui, je vais au grès de mes envies et côtoyant quelques aficionados du Temps des Rois, je redécouvre ce lieu, atypique et convivial, qui m’est désormais cher.

Hier, j’ai été contente de constater le retour des étudiants, la place grouillait de monde, principalement des jeunes (point de ségrégation dans mon propos), l’atmosphère était à la fête…

Malgré la fatigue, je me suis délectée de cette soirée.


Bon dimanche, bien à vous!


Alexandra

4 commentaires:

Laurent a dit…

Je ne sais pas si cette citation se rapporte au héron de Meudon ou aux tutoyeurs d'anges des bars de Tours (dont j'avoue faire parti).

"Je n'ai pas de problème de boisson, excepté lorsque je ne peux pas me servir un verre."

Tom WAITS.

Anonyme a dit…

"C'est beau une ville la nuit" surtout à travers tes yeux....

Alexandra a dit…

Cher Laurent,
Je ne sais pas moi non plus... tant que ça ne se rapporte pas à moi! ;-)
Mais merci pour cette citation amusante!

Alexandra a dit…

Cher anonyme,
Merci pour ce joli et touchant commentaire... vous allez me faire rougir (ou bafouiller...)!
Bien à vous,
Alexandra